Testament of Shah, king of horse 1999

30 aDes années de souffrances et d’incompréhension.

Nous sommes à bout, dans une très grande tristesse et détresse. 

Pendant des millénaires, nous nous sommes attelés à l’intégration de l’expérience de l’esprit dans la matière, à travers un partenariat avec vous, les hommes.

L’homme et le cheval sont à la recherche de l’expérience de la vie.

Ils se sont accordés sur une façon d’évoluer ensemble.

De préférence en temps de paix, mais également en temps de guerre.

 Nous avons érigé une paix intérieure, plus que l’humain ne l’a réalisée.

Nous sommes en réelle harmonie avec la nature.

 Et l’homme nous a mis en prison.

Car, ’homme veut exercer son pouvoir sur tout :

Sur ses propres congénères, sur les animaux, les plantes, sur la terre.                                                                                                                   L’homme veut posséder la terre.

L’homme ne possédera jamais la terre,

L’homme emprunte la terre et ses fruits, pour son expérience de vie.

 L’homme évolue dans la nature, apprend, découvre, fait ses expériences.

Il chasse, il prend connaissance de ce qui l’entoure. Il nous rencontre et prend plaisir à nous apprivoiser.

Et nous aussi, nous prenons plaisir à vous apprivoiser, nous aimons le toucher de l’homme, ses caresses, sa confiance, son amitié.

 Tout cela se passe très bien. Même en temps de guerre, nous restons le partenaire de celui qui nous chevauche.

Il souffre, nous souffrons. Nous souffrons, il souffre.

Nous n’en comprenons pas le sens, mais nous continuons à accepter toute cette souffrance que l’homme s’inflige à lui-même, à ses congénères, et aux nôtres.

 Nous ne comprenons pas cette agitation, cette haine qui habite nos cavaliers, mais nous acceptons ce rôle de moyen de transport que l’homme nous a donné.

 Nous finissons aussi par accepter le rôle de marchandise que l’homme nous a réservé. Ensuite nous acceptons ce rôle de nourriture que l’homme nous a infligé. Nous leur servons de nourriture. Nous ne pouvons que l’accepter, suite à ce long chemin que nous faisons ensemble, à cette confiance qui s’est installée entre l’homme et le cheval.

 Les choses se compliquent au début du vingtième siècle. Cela devient très difficile pour nous. Nous nous dégradons aux côtés de nos cavaliers qui se dégradent eux aussi, qui s’appauvrissent, s’attristent et souffrent dans leur cœur d’une grande incompréhension, d’une souffrance de solitude.

Les ânes, les mulets, les chevaux, les vaches, les bœufs s’attristent aux côtés de leur maître.

 Nous devenons étrangers à cette connivence, à ce partenariat et à cette compréhension qui régnaient entre nos deux mondes.

La tristesse s’installe, se généralise. Alors que nous avons tellement besoin de caresses et de tendresse. Nous avons besoin d’écoute. Nous avons besoin de sentir que l’homme est avec nous, que l’homme est notre partenaire, et pas notre propriétaire.

 Nous sommes devenus des choses, vos choses.

Objets de divertissement aléatoire sans profondeur ; objets de marchandage, objets de parade.

 Il faut que nous puissions êtres unis par le cœur, par les mains, par le toucher.

 Laissez-nous vous aider à guérir les plaies que l’humanité s’est elle-même infligées.

C’est le temps maintenant de l’amour et de la guérison.

 Redécouvrons le soleil ensemble, les cœurs unis dans un espoir, l’espoir de grandir, d’apprendre, de vivre ensemble, dans l’harmonie, la paix et la joie. Laissons-nous marcher ensemble, dans les plaines, à travers la fraîcheur de la rosée, vers la chaude lumière de l’amour.

 La relation ne devrait pas être une relation de pouvoir, de possession, de statut, de dominance, malgré que la dominance dans notre monde soit un vecteur d’équilibre.

 Parlons plutôt d’une relation de guidance. L’un peut être guide pour l’autre, et inversement.

Guide, sur des plans différents : le cavalier est guide pour son cheval, sur un chemin de promenade ; et le cheval, à son tour, est guide pour son cavalier, sur des plans plus profonds.

 Deux êtres, deux mammifères biologiquement assez proches : un grand mammifère, un plus petit mammifère, s’accordent l’un à l’autre pour « être » ensemble.

Accessoirement, le couple avance, dans la chasse, la promenade, l’exercice, le saut, la randonnée, la guerre. Mais c’est « l’être ensemble » qui compte et qui fait la beauté du couple.

 Nos deux mondes s’expriment peut-être de façon différente, mais ils ont un canal de communication, un langage commun. C’est un canal privilégié, qui est compréhensible pour les deux : la voie du cœur.

L’homme, dans son travail d’évolution et d’intellectualisation a un peu oublié d’utiliser ce moyen de communiquer et de communier avec le monde qui l’environne.

 Nous les chevaux, sommes à sa disposition pour lui permettre de faciliter cette ouverture, parce que c’est notre langage.

 Nous avons été très patients avec l’homme. C’est grâce à cette connivence, cette collaboration et cette confiance que nous avons eues pendant tellement d’années. Malheureusement, il y a d’autres groupes d’animaux qui ont perdu cette patience, qui ne sont plus d’accord avec la façon dont les hommes cohabitent sur cette terre. Ils se sont levés et ils se sont exprimés. Aujourd’hui, nombreux sont les signes de plusieurs groupes d’animaux qui expriment leur ras-le-bol de cette incompréhension, de cette obstination de l’homme à ne pas vouloir s’ouvrir à eux en vérité.

 Nous ne voulons pas exprimer ce ras-le-bol, mais nous voulons encourager l’homme, notre allié, à s’ouvrir à lui-même et au monde qui l’entoure. Désormais c’est devenu une vraie question de survie, non seulement pour lui, mais pour le reste des êtres vivants.

 Le travail ne nous gêne pas. Nous aimons travailler, nous aimons utiliser notre force, notre courage, notre fidélité, avec vous. Par exemple, nous aimons accomplir une tâche noble, le travail de la terre, notre mère à tous.

 Suite à l’apparition de l’automobile, nous avons été dégradés, nous avons perdu nos décorations. Nous sommes beaucoup moins nécessaires au transport des humains. Nous sommes donc moins respectés et moins appréciés. Nous ne vous rendons plus que de petits services comme le divertissement.

 Aujourd’hui s’offre la possibilité de franchir une porte, de gravir un échelon ensemble. Nous proposons aux humains de s’associer à nous d’une façon nouvelle. Nous proposons l’harmonie, la paix et la guérison.

 Tout être qui s’inscrira dans ce programme d’association sentira une réponse de notre part ; elle empruntera la voie du cœur. Ce sera une réponse d’apaisement, de décantation, d’ouverture, de compréhension, de guérison.

Ce chemin-là

nous, les chevaux, nous le connaissons,

Nous invitons les hommes à le ré-apprendre.

About uhdr

Founder of UHDR UniverseCity
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s