Interview avec Christine Agassis – Les Jardins d’Akita, 2009.

Christine Agassis : Ce qui m’a le plus frappé dans l’exercice de ma vocation d’être humain et d’initiatrice à l’art d’être à cheval en liberté, c’est d’observer que dans les rapports de force éminemment destructeurs entre l’humain et le cheval et entre les humains eux-mêmes, chaque acteur fait ce qu’il peut avec ce qu’il est.

Il n’est donc pas question d’émettre l’ombre d’un jugement sur qui que ce soit. Le but de cette réflexion est de permettre aux hommes et aux femmes de bonne volonté qui cherchent à progresser, de mieux comprendre les mécanismes inconscients qui nous conduisent à entrer dans le rapport de force.

PCN : Est-ce que ton enseignement est basé sur la connexion entre le corps et le mental homme-cheval ?

Christine Agassis : Pas le mental, la conscience. La conscience du corps, la conscience de notre action, la conscience du corps du cheval.
La conscience c’est fondamental. On fait des tonnes de choses sans conscience. Le travail principal est une réflexion, une recherche. J’ai été accompagnée dans cette recherche par des livres extraordinaires, par la médecine chinoise, une formation de réhabilitation des corps sensibles par une formation philosophique, cherchée dans des approches philosophiques, la santé, l’équilibre, l’harmonie, qui incluent l’espace, le temps… et le cheval.

source: http://www.cheval-nature.com/reportages/Rencontre-Etre-humain-Cheval.html

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s